Accueil du site > BIOTECH DIRECT > L’Algérie se lance dans la course biotech

L’Algérie se lance dans la course biotech

lundi 13 août 2012

par Agnès Vernet

Djamel Ould Abbès, ministre algérien de la Santé, a inauguré le pôle de biotechnologie de Sidi Abdellah. L’Algérie entre ainsi dans la compétition mondiale des biotechnologies.

William Chin Waiman, doyen de l’Université Harvard, était, mardi 7 août, l’hôte de marque du lancement du pôle biotechnologique de Sidi Abdellah. Situé près d’Alger, ce pôle a vocation à intégrer le peloton de tête de la biotech mondiale. Pour cela, les autorités algériennes organisent un partenariat avec les États-Unis sur la question de la santé et du médicament. Le ministre de la Santé, Djamel Ould Abbès, a insisté sur l’objectif d’excellence de ce projet, ajoutant que son département s’engage à l’accompagner matériellement et scientifiquement.
Selon l’agence de presse algérienne (APS), le pôle biotechnologique de Sidi Abdellah devrait être réceptionné en 2020 et sera le 4e pôle mondial, après ceux de Boston aux États-Unis – qui existe depuis 100 ans –, d’Irlande et de Singapour.
Le pôle de biotechnologie de Sidi Abdellah a déjà fait parlé de lui avant même sa sortie de terre, puisque Sanofi a annoncé un investissement de 80 millions d’euros dans une nouvelle usine de médicaments sur ce site. Un investissement qui pourrait, selon le quotidien La Tribune, être une réaction à un conflit avec le gouvernement algérien à propos de la surfacturation des matières premières des médicaments. Cette problématique est très importante en Algérie car, dans un contexte économique compliqué, Djamel Ould Abbès estime qu’elle représente, en 2012, 153 millions de dollars contre 94 millions en 2011.

Sources : APS (via www.maghrebemergent.info), La Tribune

SPIP Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | mentions légales | logo Lavoisier logo facebook logo twitter