Accueil du site > MEDTECH > Une alarme à rétrovirus

Une alarme à rétrovirus

lundi 12 août 2013

par François René

Des chercheurs ont découvert qu’une enzyme humaine agit comme un détecteur du VIH et d’autres rétrovirus, en sonnant l’alarme au premier signe d’infection.

Jusqu’à présent, les senseurs capables de détecter la présence d’un rétrovirus comme le VIH étaient très peu connus. En utilisant des monocytes humains, Daxing Gao et ses collaborateurs de l’University of Texas Southwestern Medical Center, à Dallas, ont montré que la transcription inverse du VIH, un processus nécessaire à sa réplication, pousse une enzyme, la GMP-AMP cyclique synthase (cGAS), à déclencher une réponse immunitaire innée, impliquant la production d’interférons.
Dans leurs expériences, les chercheurs ont observé que les cellules dépourvues de cette enzyme ne peuvent détecter le VIH, le VIS – virus d’immunodéficience simienne – et le virus de la leucémie murine (MLV). Selon ces résultats, la cGAS agirait comme un senseur immunitaire spécifique de nombreux rétrovirus, dont le VIH. Les chercheurs suggèrent que la cGAS devrait faire l’objet de recherches pour un possible effet thérapeutique à l’égard de ces virus.
Ces nouveaux renseignements sur la détection immunitaire innée du VIH pourraient un jour aider à la mise au point d’un vaccin.

Gao D et al. (2013) Science, doi:10.1126/science.1240933

SPIP Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | mentions légales | logo Lavoisier logo facebook logo twitter Se connecter