Accueil du site > BIOTECH INDUSTRIELLE > Une levure pour des biocarburants moins chers

Une levure pour des biocarburants moins chers

lundi 6 mai 2013

par Agnès Vernet

Une souche de levure permet de catalyser la fermentation en éthanol tout en faisant des économies d’enzyme.

Transformer des déchets agricoles en éthanol cellulosique – donc produire du biocarburant – est un procédé coûteux, notamment à cause de l’utilisation d’enzymes de synthèse. Des chercheurs du centre américain pour la recherche agricole appliquée de Peoria, dans l’Illinois, ont développé une nouvelle souche de levure qui pourrait réduire les coûts de fermentation.
Clavispora NRRL Y-50464 tolère très bien les produits dérivés des épis de maïs qui peuvent interférer avec la croissance des levures. Elle se multiplie ainsi à 37 °C contrairement aux autres souches du genre Clavispora qui préfèrent 30 °C. Cette caractéristique est un premier pas vers la production d’éthanol cellulosique en une seule étape de saccharification et de fermentation simultanées.
Les biologistes américains observent des taux de production particulièrement élevés : cinq jours après l’initiation du procédé, Y-50464 produit, 25,7 grammes d’éthanol si on ajoute au milieu une cellulase et une β-glucosidase, et 26,6 grammes par litre en absence de β-glucosidase. Les autres enzymes étudiées par l’équipe présentent des taux de production en chute si on omet une enzyme dans la préparation.
« Cette souche de levure est unique, explique le biologiste Lewis Liu. Elle produit sa propre glucosidase interne. Elle pourrait donc s’avérer très utile pour le développement de nouveaux procédés de biocatalyse plus économiques.

Agricultural Research édition de mai-juin 2013

Lewis Liu et Scott Weber testent les levures pour la fermentation.
© Fred Zwicky

SPIP Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | mentions légales | logo Lavoisier logo facebook logo twitter Se connecter