Accueil du site > AGROBIOTECH > Une voie de résistance partagée entre cancers et végétaux

Une voie de résistance partagée entre cancers et végétaux

mardi 26 mars 2013

par Agnès Vernet

Les multirésistances tumorale et aux herbicides s’acquièrent via des mécanismes très comparables.

Certaines herbes et les cellules cancéreuses ont des points communs. La relation scientifique est désormais établie grâce à des recherches britanniques, menées notamment à l’Université de Durham, qui démontrent un lien biologique entre les résistances multiples aux traitements anticancer et aux herbicides. Les chercheurs se sont intéressés à la résistance aux herbicides du vulpin des champs (Alopecurus myosuroides), une herbe qui entre en compétition avec les céréales. Dans les cas de multirésistances, la communauté scientifique soupçonne l’implication de la glutathion transférase de classe Phi (F) spécifique des végétaux (GSTF1), surexprimée chez A. myosuroides. L’équipe de l’Université de Durham ont, dans un premier temps, confirmé l’importance de cette enzyme en introduisant le gène GSTF1 chez Arabidopsis thaliana. Les plantes ainsi transformées deviennent multirésistantes aux herbicides et présentent un métabolisme xénobiotique comparable à celui des plantes sauvages qui surexpriment GSTF1.
Les biologistes ont aussi fait le lien avec une autre glutathion transférase bien connue des médecins : la glutathion S-transférase P (GSTP1). Cette enzyme est impliquée dans les mécanismes de multiples résistances tumorales aux médicaments anticancer. Or les profils métaboliques des tumeurs résistantes aux traitements et des plantes résistantes aux herbicides présentent des similitudes, notamment au niveau du mécanisme de détoxification via la réduction d’hydropéroxydes organiques. Plus fort encore, les inhibiteurs de la GSTP1 restaurent la sensibilité aux herbicides des plantes multirésistantes.
Ces travaux créent un lien inédit entre deux formes de résistance aux xénobiotiques et mettent en avant un mécanisme de détoxification commun aux plantes et aux humains. Ils ouvrent aussi la voie à l’utilisation de molécules chimiques connues dans la lutte contre les résistances tumorales pour enrayer le développement de plantes nuisibles aux cultures céréalières.

Cummins I et al. (2013) Proc Natl Acad Sci USA,
doi:10.1073/pnas.1221179110

A. myosuroides
© Kenraiz : Krzysztof Ziarnek via Wikimedia Commons

SPIP Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | mentions légales | logo Lavoisier logo facebook logo twitter Se connecter